Du milieu des années 1840 datent les grandes épopées en vers de Heine Atta Troll et — nourri par son voyage en Allemagne de 1843 — Allemagne. La quantité de philistins de Göttingen doit être très grande, comme le sable, ou, pour mieux dire, comme la boue aux bords de la mer. Les « préoccupations allemandes » de Heine ne concernent pas seulement la situation politique outre-Rhin, mais aussi sa mère, désormais veuve et seule. Comme Schumann, Richard Wagner, qui entretint, à Paris, des relations amicales avec Heine, adapta également le poème faisant l'apologie de Napoléon Les grenadiers, toutefois dans une traduction française. Salomon disait à propos d'Heinrich : « S'il avait appris quelque chose d'utile, il n'aurait pas à écrire des livres. C'est notamment pour la revoir et lui présenter son épouse, qu'il entreprend, en 1843 (L'Allemagne. Celui-ci voulut en faire cadeau, pour la seconde fois, au sénat de Hambourg. .jssocials-share { Le germaniste est-allemand Hans Kaufmann livra, en 1967, la monographie de Heine, aujourd'hui encore la plus importante de l'après-guerre. L'ensemble de l'œuvre de Heine est marquée par ses efforts pour être un artiste au-dessus des partis. Depuis d'autres rues portent le nom de Heine, à Jérusalem[75] et Haifa. Heine l'estime, bien que Mathilde ne parle pas allemand ou - plus exactement - parce qu'elle ne parlait pas l'allemand et, de ce fait, ne pouvait se faire une idée réelle de sa valeur en tant que poète. Jusqu'à la mort de Heine, Varnhagen von Ense entretiendra avec lui une abondante correspondance. Ce poème est inconnu des spécialistes de Heine et ne s'accorde pas avec la pensée tardive de Heine (Walter Dans : Université rhénane Frédéric-Guillaume de Bonn, monument à Heine sur le Schwanenmarkt de Dusseldorf, Réseau des bibliothèques de Suisse occidentale, Répertoire international des sources musicales, L'Allemagne dans le miroir de la Révolution, https://archives.seine-et-marne.fr/mathilde-mirat, Portail de la culture juive et du judaïsme, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Heinrich_Heine&oldid=175463050, Étudiant de l'université rhénane Frédéric-Guillaume de Bonn, Personnalité inhumée au cimetière de Montmartre, Article contenant un appel à traduction en allemand, Article contenant un appel à traduction en anglais, Catégorie Commons avec lien local différent sur Wikidata, Article de Wikipédia avec notice d'autorité, Page pointant vers des bases relatives aux beaux-arts, Page pointant vers des bases relatives à l'audiovisuel, Page pointant vers des bases relatives à la littérature, Page pointant vers des bases relatives à la musique, Page pointant vers des bases relatives à la santé, Page pointant vers des bases relatives au spectacle, Page pointant vers des dictionnaires ou encyclopédies généralistes, Portail:Époque contemporaine/Articles liés, Portail:France au XIXe siècle/Articles liés, Portail:Biographie/Articles liés/Culture et arts, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence, Armand Colin, « Heine le médiateur », 'in '. Heine ne montrant ni goût ni talent pour les affaires d'argent, son oncle lui ouvre un commerce de draps. En 1846, il est même déclaré mort. Au début de l'année 1822, ses Poèmes paraissent dans les librairies maçonniques, puis, en 1823, ses Tragédies avec un intermède lyrique aux éditions Dümmler. Il publia ses nouveaux chants, en 1844, dans le recueil Nouveaux Poèmes, dans lequel le Conte d'hiver apparaissait également au départ. Il s'agit également du premier érigé par les pouvoirs publics. Durant ces années, apparaissent les premiers symptômes de la maladie - crises de paralysie, migraines et problèmes de vue -, qui le cloueront au lit pendant les huit dernières années de sa vie. Lorsqu'un autre étudiant l'insulte, du fait de sa judéité, il le provoque en duel. Aussi Campe édite-t-il alors un tiré à part, qu'il doit cependant à nouveau mettre au pilon. Malgré ses conditions difficiles, il publie encore tout une série d'œuvres essentielles, au nombre desquelles le volume de poésie Romancero (1851), ainsi que Le Docteur Faust et, en 1854, trois volumes d'Écrits mêlés, comprenant, entre autres, son testament politique Lutèce et Les poèmes. La Heinrich-Heine-Gesellschaft souhaitait l'exécution d'un projet qu'Arno Breker avait déjà conçu pour le concours de 1931. Le Parlement expliquait sa décision en indiquant que les membres de ce groupe tentaient de « s'attaquer à la religion chrétienne de la manière la plus impudente, de dégrader la situation actuelle et de détruire toute discipline et toute forme de moralité, sous couvert d'un style s'apparentant aux belles lettres et accessible à toutes les classes de lecteurs »[30]. En effet, à la suite de la révolution de juillet 1830 à Paris, l'opposition démocratique, nationale et libérale s'est formée en Allemagne et réclame, avec toujours plus de force, des constitutions pour les états de la Confédération germanique. Heine est considéré comme le « dernier poète du romantisme » et, tout à la fois, comme celui qui en vint à bout. », — Lettre à Moses Moser le 9 janvier 1826, dans : Heinrich Heine, Correspondance inédite[15]. En 1821, à Göttingen, il devient membre du Corps Guestphalia[9],[10]. 1853 et 1854. Le cofondateur du romantisme exerce une grande influence sur le jeune Heine, ce qui n'empêche pas ce dernier de tenir des propos moqueurs sur Schlegel dans ses œuvres ultérieures. (…)Dans une douillette intimité se reposent le fleuve et la forêt,baignés d'un doux clair de lune ;Ne reste parfois qu'un bruit sec - Est-ce un coup de feu ? Heine vystudoval právo v Bonnu, kde také navštěvoval hodiny literatury Augusta Wilhelma von Schlegela. Le coup porta, sous forme littéraire, dans la troisième partie des Tableaux de voyage : dans les « Bains de Lucques », Heine critique les poèmes de Platen jugés « stériles » et attribue cela à l'homosexualité du comte, qu'il rend ainsi publique. Paris - in Montmartre beerdigt 1797 * 13. De plus en plus attaqué - surtout en Prusse -, à cause de ses prises de position politiques, et exaspéré par la censure en Allemagne, il part pour Paris en 1831. Heinrich Heine - Biografie eine Präsentation von Joycee und Melisa 1830 1797 1848 1816 1856 † 17. Cet objectif, que Heine soutenait, était alors également celui que poursuivaient les libéraux durant la Révolution de Mars dans les États de la Confédération germanique. Ainsi s'explique l'influence qu'il a exercé sur les autres littératures nationales. je prévois tout cela, et je suis saisi d'une indicible tristesse en pensant à la ruine dont le prolétariat vainqueur menace mes vers, qui périront avec tout l'ancien monde romantique. Son aspiration au changement politique, à plus de démocratie dans toute l'Europe, et particulièrement en Allemagne, le rapproche des écrivains de la Jeune-Allemagne, au nombre desquels on le compte parfois. Durant le Troisième Reich, les œuvres de Heine furent interdites et furent victimes des autodafés de 1933. Je regrette d'avoir parfois parlé de choses saintes sans le respect qui leur était dû, mais j'étais entraîné bien plus par l'esprit de mon époque que par mes propres penchants. Il y traite, entre autres, en détail, du tableau de Delacroix peint en 1830, La Liberté guidant le peuple. —— —— —— —— —— —— —— —— —— —— Cependant, son projet de s'installer comme avocat à Hambourg échoua encore à la fin de cette même année. Car la première de ces voix est celle de la logique. Heine part pour l'Université de Berlin, où il étudie de 1821 à 1823 et où il suivit les cours de Georg Wilhelm Friedrich Hegel. Durant la période nazie, cette œuvre fut cachée dans la cave du Städel-Museum sous le nom inoffensif de « Chant du printemps ». Mais ce n'est que dans les années 1960 que l'intérêt pour Heine se fit également sentir en RFA. En 1815 et 1816, Heine travaille, d'abord comme stagiaire chez le banquier francfortois Rindskoppf. Heine reconnaissait la misère de la classe ouvrière naissante et soutenait ses revendications. Séduisante, avait de grands yeux sombres, une chevelure brune, un visage rond, une silhouette très admirée, et, reconnaissable entre toutes, sa « voix de fauvette » haut perchée lui donne un air enfantin, qui fascine Heine. Alors, et ce jour, hélas, viendra, les vieilles divinités guerrières se lèveront de leurs tombeaux fabuleux, essuieront de leurs yeux la poussière séculaire; Thor se dressera avec son marteau gigantesque et démolira les cathédrales gothiques. Il attaquait ses adversaires, réels ou supposés, aussi durement qu'il était attaqué lui-même, et ne s'effrayait d'aucune polémique. ». ». Une étude plus poussée de tous les documents contemporains relatifs aux antécédents de Heine attribue plutôt les symptômes les plus importants à une maladie tuberculeuse[54], tandis qu'une analyse des cheveux du poète, effectuée en 1997, suggère un saturnisme chronique[55],[56]. ». Le poète y ressent, plus exactement, une haine sous-jacente de tout ce qui était étranger, comme il l'écrit dans le poème En deçà et au-delà du Rhin : « Nous autres Allemands, nous nous entendions mieux à la haine.Elle sourd des profondeurs de l’âme, la haine allemande ! La seconde des deux voix impérieuses qui m'ensorcèlent est plus puissante et plus infernale encore que la première, car c'est celle de la haine, de la haine que je voue à un parti dont le communisme est le plus terrible antagoniste, et qui est pour cette raison notre ennemi commun. La ville natale de Heine n'a honoré le poète L'impératrice fit alors exposer cette statue, en 1892, dans le parc de l'Achilléon, son château sur l'île de Corfou. Heine n'était cependant pas prêt à supporter les humiliations et les discriminations sans répliquer. Elise Krinitz aime sincèrement cet homme moribond, quasi aveugle. Heine verliebt sich in seine Cousine Amalie Heine,leider unerwidert, daraufhin: Heine zieht aus. C'est dans la Judengasse (la rue des Juifs, la Juiverie) de Francfort qu'il découvrit alors l'oppressante existence des juifs dans les ghettos, une vie qui lui était, jusqu'alors, restée étrangère. », — Reisebilder: Tableaux de voyage, Heinrich Heine[11]. En 1972, encore, la chanteuse de « Schlager » et de variété, Katja Ebstein fut très critiquée par les conservateurs, pour avoir sorti un album avec des chants de Heinrich Heine. Avec cette série d'articles, Heine commence son historiographie du présent, un nouveau genre, dans lequel les journalistes et écrivains rendent compte de leur temps. Malgré ces contacts et ses relations amicales avec Marx et Engels, il eut cependant toujours une attitude ambivalente à l'égard de la philosophie marxiste. Ce poème, également connu sous le nom de Chant des tisserands parut le 10 juin 1844, sous le titre Les Pauvres Tisserands, dans le journal Vorwärts !, édité par Karl Marx, et, tiré à 50 000 exemplaires, il fut distribué, sous forme de tract, dans les régions où avait lieu la révolte. En 1811, Heine, âgé de treize ans, assiste à l'entrée de Napoléon dans Dusseldorf. Elle « vivait en donnant des cours de piano et de langue allemande »[63]. L'Université le renvoie alors, en février 1821, ainsi que son adversaire, pour un semestre. mon Livre des Chants servira à l'épicier pour en faire des cornets où il versera du café ou du tabac à priser pour les vieilles femmes de l'avenir. Son biographe Joseph A. Kruse voit dans son œuvre des éléments issus de l'Aufklärung (les Lumières allemandes), du classicisme de Weimar, du réalisme et du symbolisme. Entre autres, le Liederkreis (Op. Si le lieu de naissance de Heine n'a jamais fait le moindre doute, la date précise de sa naissance reste aujourd'hui incertaine. Une société Heine est également active en Israël. Il décida alors de gagner sa vie en tant qu'écrivain indépendant, ce qui était plutôt inhabituel pour l'époque. Le mémorandum ne parut qu'en 1840, trois ans après la mort de Börne, sous le titre équivoque, non autorisé par Heine, de Heinrich Heine sur Ludwig Börne. C'est lors d'un séjour de détente sur l'île d'Heligoland, durant l'été 1830, que Heine apprend le début de la Révolution de Juillet, qu'il salue dans ses Lettres de Helgoland - qui ne paraîtront qu'en 1840, en deuxième livre de son mémoire sur Ludwig Börne. officiellement, avec l'érection d'un monument, qu'en 1981, soit près de 100 ans après les premières initiatives dans ce sens, et cela a, à nouveau, généré un conflit. Le style de la prose de Heine imprègne le journalisme, en particulier les pages culturelles, encore aujourd'hui. La même année, lors d'un voyage dans le Harz, il se rendit à Weimar pour rencontrer Johann Wolfgang von Goethe, pour lequel il avait une grande admiration. Ce souhait n'est pas une lubie de libre-penseur. En 1816, il entre dans la banque de son oncle Salomon Heine, à Hambourg. », Proche du mouvement libéral constitutionnel, Heine suit les événements de l'année 1848 en Europe avec des sentiments mélangés. Alors que les uns voient en lui une figure majeure du judaïsme, les autres jugent sa conversion au christianisme impardonnable. De surcroît, Heine prit, dès lors, le rôle d'un médiateur spirituel entre l'Allemagne et la France et il se plaça également pour la première fois dans un cadre général européen. L'« ironisation du romantisme » de Heine ne doit pas être confondue avec l'« ironie romantique » représentée par Friedrich Schlegel. Aujourd'hui, musiciens et compositeurs s'emparent à nouveau de l'œuvre de Heine, parmi eux également des compositeurs d'opéra comme Günter Bialas (en), dont l'opéra Aus der Matratzengruft (de) a été donné pour la première fois en 1992. Dans son testament du 13 novembre 1851[59] il déclare sa foi en un Dieu personnel, sans pour autant se rapprocher de l'une des Églises chrétiennes ou du judaïsme[60]. Il s'y exprime ainsi : « Bien que, par mon acte de baptême, j'appartienne à la confession luthérienne, je ne souhaite pas que des représentants de cette Église soient invités à mon enterrement ; de même, je refuse que tout autre prêtre officie, lors de l'inhumation de mon corps. Il décrit ainsi, dans les vers d'introduction, une scène juste après le passage de la frontière, où une jeune fille chante un air pieux, sur une harpe, « avec de vrais sentiments et une fausse voix »[44] : « Elle chantait le chant du vieux renoncement,Le tra-la-la du paradisAvec lequel, quand il pleurniche, on assoupitLe peuple, ce grand malappris.J'en connais la mélodie, j'en connais les paroles,Je connais même Messieurs les auteurs ;Je sais, qu'en secret, ils buvaient du vinEt prêchaient l'eau à leurs auditeurs.Je veux vous composer, mes amis,Un chant nouveau, ce qu'il y a de mieux !Nous voulons déjà, ici-bas sur terre,Fonder le royaume des cieux.Nous voulons être heureux sur terre,Et cesser d'être dans le besoin ;Le ventre paresseux ne doit pas digérerLe produit du dur labeur de nos mains. We simulate UN meetings and debate on a variety of current topics, such as environmental issues, economic efforts, human rights ... and so on! En raison de son originalité autant que de son étendue, tant au niveau de la forme que du fond, l'œuvre de Heine ne peut être clairement classée dans aucun courant littéraire. L'état de santé de Heine est alors déjà très dégradé. Bien avant la plupart de ses contemporains, Heine prend conscience du caractère destructeur du nationalisme allemand, qui – à la différence de la France – s'éloigne de plus en plus des idées de démocratie et de souveraineté du peuple. Il conclut : « Heine est nul, apparemment,S'est dit alors l'élève.C'est ce qu'avec son chantLe professeur Kraus a fait. Salomon, qui, contrairement à son frère Samson, a vu prospérer ses affaires et, plusieurs fois millionnaire, il prend en charge son neveu. ». De nombreuses années plus tard, en 1844, à Paris, Heine devient membre de la loge « Les Trinosophes »[6]. De nombreux écrivains du XIXe et XXe se sont emparés de l'œuvre de Heine, parmi eux les grands romanciers Theodor Fontane et Thomas Mann. ». Dans le poème Enfant perdu tiré du Romancero, il tire le bilan de sa vie politique[58] : « Sentinelle perdue dans la guerre de la liberté,J'ai tenu, fidèle, pendant trente années.J'ai combattu sans espoir de vaincre.Je savais que je ne rentrerais pas indemne. Heine est considéré comme le « dernier poète du romantisme » et, tout à la fois, comme celui qui en vint à bout. Le monument fut enfin érigé sur la propriété de la maison d'édition Hoffmann und Campe (de) dans la Mönckebergstraße. Alors que, dans la République fédérale d'Allemagne du temps d'Adenauer, Heine était plutôt reçu avec réserve, et tout au plus comme un poète romantique, la RDA se l'était approprié plutôt rapidement, conformément au concept d'« héritage culturel », et s'efforçait de populariser son œuvre. Heine lui-même semble convaincu d'être malade de la syphilis et certains se prononcent, encore aujourd'hui, en faveur au moins du caractère syphilitique de son mal[53]. Pendant un temps, il se rapprocha également des socialistes utopiques, comme Prosper Enfantin, un élève de Henri de Saint-Simon. C'est finalement le projet du sculpteur Bert Gerresheim (de) qui a été réalisé, l'actuel monument à Heine sur le Schwanenmarkt de Dusseldorf (de). Lettre du 7 avril 1823, d'après HSA, t. 20. […]Mais je tombe invaincu, et mes armesNe se sont pas brisées - Mon cœur seul s'est brisé. Harry Heine de son nom de naissance était l'aîné des quatre enfants du drapier Samson Heine (* 19 août 1764 à Hanovre; 2 décembre 1829 à Hambourg) et de sa femme Betty (à l'origine Peira), née van Geldern (*27 novembre 1770 à Dusseldorf; 3 septembre 1859 à Hambourg). Par la suite, il fait de cet amour non partagé, le sujet de poèmes amoureux romantiques dans Le Livre des chants. Il semble s'être épris de Mathilde très soudainement[39]. Les textes originaux d'Heinrich Heine sont cités d'après la Düsseldorfer Heine-Ausgabe (DHA) pour ses œuvres et d'après la Heine-Säkularausgabe (HSA) pour ses correspondances. Heine was born on 13 December 1797, in Düsseldorf, in what was then the Duchy of Berg, into a Jewish family. —— —— —— —— —— —— —— —— —— —— Depuis 1815, il écrit régulièrement. Bon nombre de ses amis, en revanche, parmi lesquels Marx et Engels, désapprouvent cette liaison avec une femme simple et joviale. Dusseldorf, sa ville de naissance, s'imposa peu à peu comme le centre de la recherche ouest-allemande sur Heine. La présence de la famille Heine est attestée à Bückeburg depuis le XVIIe siècle. Il ne reverra sa patrie que deux fois encore, mais il reste en contact constant avec ses relations sur place. »[12] Après sa conversion, les thèmes relatifs au judaïsme passèrent certes au second plan, mais ils l'occupèrent cependant toute sa vie et revinrent avec plus de force au premier plan dans son œuvre tardive, par exemple dans les Mélodies hébraïques, le troisième livre de Romancero. La relecture des manuscrits, dont il se chargera jusqu'à la fin, constitue pour Heine, presque aveugle, un tourment supplémentaire. En réaction, de nouveaux soulèvements démocratiques eurent lieu, à l'ouest et dans le sud-ouest de l'Allemagne. Referat: Heine's Atta Troll and Deutschland, ein Wintermärchen (English) Conference Proposal: A Summer's Tale, A Winter's Dream (English) Final Exam: (English) Summarizing Statement Keyword: Revolution Literature as an Autonomous Realm Keyword: Nature Heinrich Heine and Bettine von Arnim Narrative Structure in Hoffmann's Kater Murr Review of Theodore Ziolkowski's German Romanticism … —— —— —— —— —— —— —— —— —— —— Les spécialistes de Heine considèrent aujourd'hui la date du 13 décembre 1797 comme la plus vraisemblable. Son intérêt pour la musique transparaît également dans sa poésie, par exemple dans le poème ironique De la téléologie : « Des oreilles, Dieu nous en donna deux,Pour écouter les chefs-d'œuvreDe Mozart, Gluck et Haydn -S'il n'y avait eu que les coliques musicalesEt les sonorités hémorroïdalesDu grand Meyerbeer,Une oreille déjà aurait suffi ! Certaines biographies avancent l'hypothèse infondée, selon laquelle Heine aurait pu, pour cette raison, prétendre à la citoyenneté française. En URSS, le poète Mikhaïl Svetlov dont les figures de style et les constructions ressemblent quelquefois à celles de Heine, reçoit le surnom de Heine rouge, comme en témoigne notamment le poème satirique Proletarskim poetam (Послание пролетарским поэтам, 1926) de Vladimir Maïakovski[76]. À la mort de Salomon, en décembre 1844, un conflit de succession éclata entre son fils Carl et son neveu Heinrich Heine, conflit qui allait durer plus de deux ans[43]. Durant le semestre d'hiver 1820, il fréquente l'Université de Göttingen, qu'il doit cependant quitter, après quelques mois seulement, à la suite d'une affaire de duel : en raison du mépris dont les Juifs sont l'objet dans la société allemande de l'époque, Heine avait tout fait pour dissimuler ses origines. Dans une diction typique de Heine, on peut y lire : « Sous le marbre blanc gèlentDans l'exil ses ossementsAvec lui repose là madame MathildeAussi n'y gèle-t-il pas seul. Malgré ses lacunes théoriques dans le domaine de la musique, beaucoup de compositeurs et interprètes de son temps accordaient de l'importance à son opinion, vraisemblablement parce qu'ils lui reconnaissaient, en tant que poète, une certaine compétence en matière musicale.